Périphéries

Carnet
Mai 2004

Au fil des jours,
Périphéries explore quelques pistes -
chroniques, critiques, citations, liens pointus...

[25/05/04] Rafah : comment rendre un peuple fou

Dimanche dernier, le ministre israélien de la Justice, Yossef Lapid, s’élevait avec virulence contre les opérations militaires meurtrières et destructrices à Rafah, dans la bande de Gaza : « Il faut cesser la destruction de maisons, elle n’est ni humaine ni juive, et provoque des dégâts énormes dans le monde, déclarait-il. L’image de la vieille femme cherchant ses médicaments dans les ruines m’a rappelé ma grand-mère, expulsée de sa maison pendant l’Holocauste. » Naïvement, on se sentait réconforté par une telle intervention. On espérait qu’elle allait provoquer le débat, émouvoir enfin l’opinion israélienne et internationale, peut-être même amener certains à réclamer la démission d’Ariel Sharon... Résultat : ce qui provoque un tollé, ce ne sont pas les morts et les saccages de Rafah, mais les propos de Yossef Lapid. C’est de sa démission à lui qu’on discute gravement. Du tas de décombres et de victimes palestiniennes sur lequel il trône, Sharon se dit « scandalisé ». Il reproche à son ministre de « donner des arguments à la propagande anti-israélienne », « sur la foi d’images des télévisions arabes », sans « vérifier leur véracité » (Libération, 24 mai) - comme si les exactions de Rafah n’avaient aucune réalité, comme si c’étaient une fois de plus ces fourbes d’Arabes qui nous jouaient la comédie de la douleur, voire qui auraient dynamité eux-mêmes leurs maisons par pure malveillance antisémite... Il ne vient apparemment à l’idée de personne que ce sont les opérations criminelles de Tsahal qui « donnent des arguments à la propagande anti-israélienne », et que les paroles de Lapid, au contraire, sauvent l’honneur.

« Le ministre de la Justice est-il allé trop loin ? » Sur France-Inter, à treize heures, aujourd’hui, c’est la question que l’on pose à David Shapira, le porte-parole... des colons juifs de Cisjordanie et de Gaza. Et voilà comment le représentant d’individus qui constituent l’un des plus sérieux obstacles à un règlement du conflit, qui vivent en infraction permanente avec les accords de paix et la législation internationale, se retrouve dans le rôle de la victime offensée, demandant des comptes à celui qui l’a lésée. Magnanime, Shapira ne réclame pas la démission de Lapid, mais estime qu’il doit présenter « des excuses publiques », et, comme le journaliste qui l’interroge, il note, navré, qu’il ne l’a toujours pas fait à cette heure. « On peut être d’accord ou non avec ce qui se passe en ce moment à Gaza, mais on n’a pas le droit de comparer ces événements avec l’extermination systématique de six millions de juifs en Europe » : on imagine combien le porte-parole des colons doit être bouleversé par ce qui se passe à Gaza, en effet. Yossef Lapid, dit-il, « insulte tous ceux qui ont été assassinés systématiquement » par les nazis.

Tanya Reinhardt :
« Il semble que tout ce que nous avons intériorisé
de la mémoire de l’Holocauste,
c ’est que tout mal de moindre ampleur
est acceptable »

Ça se passe toujours comme ça : lorsqu’un Israélien utilise la référence au génocide pour tenter d’ébranler ses concitoyens en suscitant chez eux une identification avec les Palestiniens, sa démarche aboutit à l’inverse de l’effet recherché - on a encore pu le constater récemment en France avec la polémique déclenchée par le film d’Eyal Sivan et Michel Khleifi, Route 181. Elle a pour résultat de relancer les discours sur la « banalisation » du génocide, sur l’impossibilité de comparer ce qui est incomparable - et de faire purement et simplement disparaître les Palestiniens et les crimes commis à leur encontre. La vieille femme de Rafah qui cherchait ses médicaments dans les décombres de sa maison a d’ores et déjà disparu. La vieille femme de Rafah peut crever. Il n’y a pas de volonté délibérée d’exterminer les Palestiniens, ils ne sont pas assassinés « systématiquement », alors ils peuvent crever : c’est aussi simple que ça. Le problème, c’est qu’entre l’affirmation, vraie en tant que telle, de l’impossibilité de comparer les deux événements, et l’idée qu’une vie d’Arabe ne compte pas, qu’une mort d’Arabe est une broutille négligeable, la frontière est décidément très mince. On pense à cette remarque amère de l’universitaire israélienne Tanya Reinhardt : « Il semble que tout ce que nous avons intériorisé de la “mémoire de l’Holocauste”, c’est que tout mal de moindre ampleur est acceptable. » La référence au génocide est utilisée pour rendre inaudible, pour escamoter la souffrance des Palestiniens. Pour frapper un peuple tout entier d’un effacement inéluctable, dont le mur de séparation n’est que la traduction concrète. Et on voudrait nous faire croire que c’est Yossef Lapid qui insulte la mémoire des victimes de la Shoah...

Nul besoin d’éprouver dans sa chair les effets concrets de ce verrouillage idéologique pour comprendre qu’il y a là de quoi rendre un peuple fou. L’un des grands arguments de la guerre israélienne de l’information consiste à demander pourquoi le monde entier s’émeut davantage du sort des Palestiniens que de celui des Tchétchènes ou des Algériens - insinuant par-là que la raison en serait un fonds incurable d’antisémitisme. Au-delà de ce qu’il y a d’odieux dans cette manière de nous ordonner de regarder ailleurs, on peut assez facilement répondre à cette question. On s’en émeut davantage (et ce n’est qu’un supplément d’indignation très relatif, d’ailleurs) parce que, avant que les Etats-Unis n’envahissent l’Irak, c’était le dernier conflit colonial de la planète - même si ce colonisateur-là a pour caractéristique particulière d’avoir sa métropole à un jet de pierre des territoires occupés -, et qu’il y a quelque chose d’insupportable dans le fait de voir des êtres humains subir encore l’arrogance coloniale. Parce que la Palestine est le front principal de cette guerre que l’Occident désoeuvré a choisi de déclarer au monde musulman pour ne pas s’ennuyer quand les Rouges n’ont plus voulu jouer. Parce que l’impunité dont jouit depuis des décennies l’occupant israélien, l’instrumentalisation du génocide pour oblitérer inexorablement les spoliations et les injustices subies par les Palestiniens, l’impression persistante qu’ils en sont victimes en tant qu’Arabes, nourrit un sentiment minant d’injustice.

Il y a et il y aura toujours des hommes et des femmes pour continuer à le clamer : contre ce sentiment d’injustice, qui peut amener certains de ceux qui l’éprouvent à commettre des actes barbares, les intimidations de la propagande ne pourront jamais rien. Elles ne pallieront jamais la nécessité de la justice. Il est indécent de clamer, lorsqu’on condamne le terrorisme, que le désespoir n’excuse pas tout, et de continuer par ailleurs à alimenter cyniquement ce désespoir. Ariel Sharon a beau faire mine de mettre en doute la crédibilité des images de Gaza, il a beau vouloir nous faire croire que le scandale, ce sont les déclarations de Yossef Lapid, ces images existent. Des millions de gens à travers le monde les voient. Ils savent parfaitement qu’elles sont très réelles, et que le message qu’elles envoient est très réel lui aussi. Sous peine de contribuer activement à l’intensification de cette « guerre civile mondiale » dont parle Eric Hazan, il faudra bien que les gouvernements et les médias d’Occident se décident un jour, eux aussi, à voir la vieille femme palestinienne fouillant les décombres de sa maison de Rafah.

Mona Chollet

Sur le(s) même(s) sujet(s) dans Périphéries :


Israël / Palestine
* Recettes faciles pour une guerre civile - Le « chant d’amour pour Israël » de François Hollande, et ses conséquences - 28 juillet 2014
* Construire l’ennemi - Des « barbares » bombardés à Gaza - 1er janvier 2009 - 1er janvier 2009
* A la croisée des fleuves - Le Blues de l’Orient, un film de Florence Strauss
Le sionisme du point de vue de ses victimes juives, un livre d’Ella Shohat - décembre 2007
* Rien de ce qui se passe dans le ciel ne nous est étranger - Une nouvelle inédite de Frédéric Barbe - septembre 2005
* Démêler l’écheveau - A propos des tensions communautaires - 10 avril 2003
* L’éclaireur - Roland Huguenin, délégué du CICR, conférencier, essayiste - avril 2003
* Ota Benga le Palestinien - Décryptage de Décryptage - 3 février 2003
* Quand les mots tuent - La guerre israélienne de l’information, de Joss Dray et Denis Sieffert - 12 septembre 2002
* Une boussole dans la tempête - Sur la frontière, de Michel Warschawski - juillet 2002
* « Membre d’un peuple, mais d’un peuple du monde » - Esther Benbassa, historienne du judaïsme - juillet 2002
* Guillemets : Elia Suleiman - 8 avril 2002
* Guillemets : Un très proche Orient - 30 mars 2002
* Les apprentis sorciers du communautarisme - La France et le conflit israélo-palestinien - 21 janvier 2002
* Une « explosion de l’antisémitisme » ? - 9 décembre 2001
* « Eux » et « nous » : une fiction au service du meurtre - « Peut-on diviser la réalité humaine ? » - 20 septembre 2001
* Aiguillage : Solidarité Palestine - 9 septembre 2001
* Camp David, un an après - 6 juillet 2001
* Guillemets : mémoires d’un Palestinien - Le Bien des absents, d’Elias Sanbar - 26 mai 2001
* Israël-Palestine, revue de presse - 4 novembre 2000
* Guerre des pierres, guerre des mots - Palestine mon pays, l’affaire du poème, de Mahmoud Darwich - 1er octobre 2000
* Pendant Camp David - 14 juillet 2000
* L’outsider - Edward W. Saïd, intellectuel palestinien - mai 1998
Périphéries, 25 mai 2004
Site sous Spip
et sous licence Creative Commons
RSS